728 x 90

Iran – meurtre :

Une jeune femme qui avait accusé de viol un député a été assassinée

Zahra Navidpour ne cessait de demander de l’aide aux autorités judiciaires contre les menaces répétées de meurtre qu’elle recevait du député du parlement qui l’avait violée.
Zahra Navidpour ne cessait de demander de l’aide aux autorités judiciaires contre les menaces répétées de meurtre qu’elle recevait du député du parlement qui l’avait violée.

 

Le corps d’une jeune femme qui avait accusé un député du parlement de lui avoir violée a été retrouvé dimanche, au domicile de la mère de la défunte, dans le comté de Malekan, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l’Iran), indique-t-on des sources informées.

La victime, Zahra Navidpour, s’était portée partie civile contre le député de ce comté au parlement de la théocratie iranienne, Salman Khodadadi, pour viol.

La jeune fille a eu recours au bureau du député pour une demande d’emploi. C’est dans son bureau que Khodadadi a violé la victime.

Zahra Navidpour avait par ailleurs révélé les menaces répétées de Khodadadi à son égard, si elle ne retirait pas sa plainte. Elle avait notamment averti le juge du dossier de ces menaces dans une lettre qu’elle lui avait envoyé, dans laquelle elle avait également demandé une protection rapprochée. Elle y avait joint un fichier sonore dans lequel on peut entendre les menaces du député, ainsi que la reconnaissance du viol.

La victime avait indiqué à une organisation de défense des droits de l’Homme que le juge l’avait accusé de mentir pour détruire le député.

Finalement le tribunal avait été constitué et le député avait reconnu le délit. Le prévenu avait été libéré sous caution et le juge avait indiqué à Mme Navidpour que le verdict sera prononcé d’ici une dizaine de jours. Mais dix jours plus tard les autorités judiciaires lui ont fait que le jugement a été annulé (sic). Après les nombreux recours qu’elle a effectué auprès des divers organismes, au Conseil des Gardiens (le plus haut organe d’État), on lui avait conseillée d’oublier l’affaire.

Les menaces de meurtre du député ont pourtant continué et le 17 octobre la jeune femme avait adressé une lettre demandant une protection rapprochée. Aucune suite n’avait été donnée à cette requête.

Bien que selon la version officielle les raisons du décès de Mme Navidpour n’ont pas encore été élucidées, toutes les circonstances font été d’un homicide volontaire.  

 

 

Recommandés

Derniers infos et articles