728 x 90

Iran – La Fête du feu (dernier mardi de l’hiver) :

Une préoccupation majeure pour le régime

La Fête du feu qui se tient chaque année le dernier mardi de l’hiver, inquiète les autorités de la police et de la justice du pouvoir en place.
La Fête du feu qui se tient chaque année le dernier mardi de l’hiver, inquiète les autorités de la police et de la justice du pouvoir en place.

À l’approche de la Fête nationale du feu (ou Fête du dernier mardi de l’hiver), les hauts responsables de la police et de la justice de la théocratie iranienne multiplient les menaces en vue de mater d’avance toute révolte éventuelle à cette occasion.

Hossein Rahimi, le commandant en chef de la police de Téhéran, a notamment exprimé sa préoccupation de voir cette fête se transformer en soulèvements contre le pouvoir en place.

"Si des individus entendent perturber la paix, la sécurité de la population ou l’ordre public pendant la Fête du feu, la police prendra des mesures décisives", a-t-il déclaré lors d'une interview vendredi. "Les voitures de ceux qui perturberaient l’ordre public seront mises en quarantaine pendant toute la période des fêtes de Nowrouz [Nouvel An iranien] et ils seront eux-mêmes mis sous les verrous."

Ayub Soleimani, le chef adjoint de la police, a également manifesté les inquiétudes du pouvoir en place.

" Nous avons même été informés que certains groupes ont lancé des appels à des manifestations. Nous surveillons leurs agitations et avons donné des ordres aux provinces pour surveiller les personnes qui chercheraient à perturber le calme et à tirer avantage de ces circonstances ", a-t-il déclaré aux médias.

Dans le nord de l’Iran, Ali Akbar Javidan, le commandant en chef de la police dans la province du Golestan, a également proféré des menaces.

" Toutes les unités spéciales, la police de la ville et les postes de police seront en état d'alerte", a affirmé Javidan.

" Les [Moudjahidine du peuple] et d'autres dissidents ont toujours tenté de tirer profit de cette période de l'année ", a-t-il déploré, avant d’expliquer que des miliciens de Bassij (une milice affiliée aux Gardiens de la révolution islamique) et plusieurs unités de la police seront déployés pour contrecarrer tout éventuel débordement.

Dans la province d'Ardabil, dans le nord-ouest de l'Iran, le procureur général a mis en garde les magasins contre la vente de produits susceptibles d’être employé dans des projectiles incendiaires.

" À l'approche de la Fête des inspections surprises seront effectuées et nous allons prendre des mesures draconiennes contre la moindre violation ", a-t-il menacé.

Dans la province d'Ispahan, dans le centre de l'Iran, la police a averti que les perturbateurs seraient maintenus en détention jusqu'à la fin des vacances du Nouvel An.

" En coordination avec le procureur d’Ispahan, nous allons maintenir en détention jusqu’à la fin de la période des fêtes de fin d’année, les personnes qui perturberaient l’ordre public pendant la Fête du feu ", a déclaré le chef de la police d’Ispahan, Masoum Beygui.

Ali Asghar Eftekhari, chef de la cyber police dans la province d'Hormozgan, dans le sud de l'Iran, a également révélé des mesures sur le cyberespace.

" Les mesures policières ont commencé dans le cyberespace pour identifier des sites Web qui fournissent des instructions sur la fabrication de matériel explosif et qui vendent ces produits sur le net, et des poursuites judiciaires seront engagées ", a-t-il menacé.

Même le ministre de l’Éducation nationale n’a pu cacher ses préoccupations vis-à-vis de la Fête du feu. " J’ai participé aux manœuvres organisées pour nous préparer à faire face aux menaces d’incendie et à la prévention de tels incidents au cours des fêtes de la fin de l’année", a dit Mohammad Bathaei qui a lancé un appel pour une campagne contre " la Fête dangereuse du feu."

 

Recommandés

Derniers infos et articles