728 x 90

Washington : Nouveaux détails sur les missiles iraniens

Un groupe d'experts expose de nouveaux détails sur le programme de missiles balistiques de l'Iran
Un groupe d'experts expose de nouveaux détails sur le programme de missiles balistiques de l'Iran

9 mai 2018

 

Mercredi 9 mai 2018, plusieurs experts de haut niveau ont révélé des nouveaux détails sur les missiles iraniens, dans une conférence organisée par le bureau du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) à Washington.

Au cours de cette conférence animée par Rebeccah Heinrichs, chercheuse à l'Institut Hudson (un Think Tank à New York), le directeur adjoint du bureau du CNRI à Washington, Alireza Jafarzadeh, a présenté un nouveau livre publié par le CNRI, intitulé "Le renforcement balistique de l'Iran : la marche vers les missiles à capacité nucléaire" ("Iran's Ballistic Buildup : The March Toward Nuclear-Capable Missiles") qui aborde en détail le programme des missiles balistiques du régime iranien et les efforts que déploie ce dernier pour mettre au point des technologies capables de lancer des armes nucléaires.

Olli Heinonen, ancien directeur général adjoint pour les garanties à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le professeur Matthew Kroenig, directeur adjoint pour la stratégie au Sowcroft Center for Strategy and Security du Conseil de l'Atlantique, l'ambassadeur Robert Joseph, ancien envoyé spécial des États-Unis pour la non-prolifération nucléaire, et l'ambassadeur Joseph DeTrani, ancien envoyé spécial pour les pourparlers avec la Corée du Nord, sont les experts qui sont intervenus à cette conférence.

Jafarzadeh a expliqué que la théocratie iranienne s'appuie en fin de compte sur trois facteurs pour assurer sa survie : son programme nucléaire, l’élaboration des missiles balistiques et le soutien des groupes terroristes.

Jafarzadeh a également expliqué que la célèbre Force aérospatiale des Gardiens de la Révolution du régime iranien est responsable du programme des missiles balistiques de Téhéran. Le représentant du CNRI a révélé les emplacements et les détails de 15 sites où les missiles iraniens sont construits. Des aspects des plus secrets du programme de missiles du régime iranien, ainsi que des révélations sur 27 sites de lancement des missiles, sont fournis dans le nouveau livre publié par le CNRI, a ajouté Jafarzadeh.

"On ne peut pas aborder le programme nucléaire de l’Iran sans se pencher sur son programme des missiles et son ingérence dans les pays de la région ", a affirmé M. Jafarzadeh, avant de souligner que quelle que soit la politique suivie, la solution durable pour l'Iran est le changement de régime.

S'exprimant également sur le programme de missiles balistiques du régime iranien, l'ambassadeur Joseph a déclaré : " Le seul but d'un programme MBCI (missiles balistiques intercontinentaux) est de transporter des charges nucléaires".

Le professeur Kroenig a rappelé que si le régime iranien n'a pas encore été en mesure de développer sa capacité MBCI, il le sera d'ici quelques années :" Les missiles iraniens seront alors capables d’atteindre les États-Unis".

"Même aujourd'hui, a souligné M. Kroenig, les missiles à courte et moyenne portée du régime constituent une menace pour les troupes américaines et leurs alliés dans la région".

"L'Iran a déjà la capacité de mener une attaque stratégique non nucléaire contre les États-Unis et ses alliés ", a affirmé M. Kroenig.

En ce qui concerne les failles de l'accord nucléaire iranien, M. Kroenig a déclaré que le plan d'action global conjoint (PAGC), comme on l'appelle officiellement, ne couvre pas le programme de missiles balistiques de l'Iran et a permis à l'Iran de préserver sa capacité d'enrichissement de l'uranium, ce dont même les alliés les plus proches des États-Unis ont été privés.

"Les missiles sont la pierre angulaire de tout accord nucléaire ", a déclaré l'ambassadeur DeTrani, rappelant que le régime iranien a procédé à plus de 20 lancements de missiles balistiques depuis la signature de l'accord de partenariat et de coopération.

Rebeccah Heinrichs, qui a animé la conférence, a rappelé que non seulement le régime iranien a mis au point des missiles, mais qu'il les a également proliférés à ses mandataires dans toute la région, y compris les Houthis au Yémen et le Hezbollah au Liban.

L'ambassadeur Joseph a également rappelé que l'expérience montre que les régimes voyous comme l'Iran ne réagissent que lorsqu'ils sont confrontés à la force.

"Trois ans après le PAGC, le régime iranien est beaucoup plus agressif dans la région ", a conclu Jafarzadeh, stipulant également que l'argent fourni au régime iranien grâce à ce pacte n'a pas été utilisé pour développer l'économie iranienne, mais pour renforcer la présence du régime iranien dans le Moyen-Orient.

"La preuve en est une précarité croissante en Iran, depuis la signature de l'accord", a-t-il dit.

Jafarzadeh a souligné que le peuple iranien ne soutient pas les ambitions nucléaires du régime iranien et son ingérence dans les pays de la région. Le représentant du CNRI a également déclaré que, contrairement à ce que le régime iranien tente de dépeindre, le peuple iranien considère ce dernier - et non les États-Unis ou d'autres États étrangers - comme son ennemi numéro un.

"Ce qui se passe réellement sur le terrain, c'est que le peuple s'est levé contre le régime", a dit Jafarzadeh : "Si la pression s'installe, il n'y a pas besoin d'une intervention étrangère. Le peuple iranien s'est déjà levé pour renverser le régime."

Joseph a également réitéré que " la menace numéro un pour le régime est son propre peuple ", soulignant la nécessité de soutenir le peuple iranien dans sa quête de la démocratie.

Recommandés

Deniers infos et articles