728 x 90

7 décembre 2018

Zabihi, un réalisateur cinéma kurde, assassiné avec son frère

Nouvel assassinat des services secrets

Le réalisateur kurde, Rahim Zabihi, a été assassiné avec son frère Keyvan dans des circonstances atroces
Le réalisateur kurde, Rahim Zabihi, a été assassiné avec son frère Keyvan dans des circonstances atroces

Un réalisateur cinéma kurde, Rahim Zabihi, et son frère Keyvan ont été assassiné vendredi 7 décembre 2018, dans des conditions atroces, à 5 km de la ville de Baneh (province du Kurdistan dans le nord-ouest de l’Iran), indique la presse officielle.

Les corps des deux frères ont été découverts dans un véhicule carbonisé, alors qu’ils avaient les mains liées et se trouvaient dans le fauteuil arrière de l’automobile, ajoutent les témoins oculaires.

Selon un officier de la police de Baneh, le véhicule appartenait à la victime, précise la presse officielle.

Des sources locales qui ont requis l’anonymat ont indiqué que la victime a averti sa famille de son arrestation par les services de sécurité, peu avant l’incident, dans un contact téléphonique avec sa famille.

Ces indices laissent penser à un assassinat perpétré par les services secrets iraniens. Le 17 octobre 2018, Farchid Haki, un économiste dissident du régime iranien, avait également été assassiné dans des circonstances similaires, carbonisé dans son véhicule.

Les dépouilles de Rahim Zabihi et de son frère ont été inhumés dimanche dans le cimetière Soleiman Baig de la ville de Baneh.

Les dépouilles de Rahim Zabihi et de son frère ont été inhumés dimanche dans le cimetière Soleiman Baig de la ville de Baneh.

Rahim Zabihi a réalisé son premier court métrage, "Le mortier " (" Havar") en langue kurde en 2002. Très remarqué, il sera motivé pour la réalisation d’une multitude de courts métrages, dont "La satellite ", "La fugue ", "La fin de la guerre ", "Le stress " et "L’homme qui alla à la promenade ", ainsi que plusieurs longs métrages dont "Le pays des mythes ", "Le Père Noël a pleuré " et "Le lendemain ". Ses courts métrages ont participé à plusieurs festivals à l’étranger, dont à Clermont-Ferrand, à Hambourg et à Sao Paulo. La violence contre les femmes et les enfants et les victimes de la guerre étaient les thèmes préférés de Zabihi.

Les dépouilles de Rahim Zabihi et de son frère ont été inhumés dimanche dans le cimetière Soleiman Baig de la ville de Baneh (voir la vidéo ci-dessous).

Recommandés

Derniers infos et articles